Le logement situé à notre droite abrite une femme d’une quarantaine d’années.

 

Elle est professeur de mathématiques, et sans surprise ses horaires sont plutôt chargés. Elle fait cours tous les jours de la semaine sauf les lundi, mercredi et jeudi, de 8H à 11H45. Elle me semble avoir des tocs. Elle est propriétaire d’un véhicule de couleur noire dont elle prend grand soin. Lorsqu’elle rentre chez elle, elle fait deux fois le tour des box avant de se garer… A sa place habituelle. Le moteur est arrêté depuis déjà 15 minutes lorsqu’elle sort de l’habitacle. Elle s’en éloigne, le verrouille et revient aussitôt. Elle en fait le tour, déverrouille les portières pour les refermer immédiatement. Elle réitère ce manège plusieurs fois par jour.

Elle aussi vit seule. Je ne lui connais pas de lien avec un animal domestique.

A chaque fois que je la croise, ses longs cheveux bouclés sont mouillés. Serait-elle atteinte d’une autre phobie ? D’une hyperhidrose ? Non, la réponse est à suivre.

Lorsqu’elle n’est pas dans sa classe, elle est dans sa voiture, autour de sa voiture ou dans son appartement, ou plutôt devrais-je dire : son laboratoire. Elle se nourrit uniquement de graines germées ; des légumineuses telles que les lentilles, les pois chiches, le soja… Mais également des céréales comme l’avoine, le blé, l’épeautre, le maïs… Elle achète les semences par sac de 10 kilos et s’occupe de leur germination. A savoir les faire tremper dans de l’eau propre pure et peu chlorée (mais juste la bonne quantité afin de ne pas les noyer) une à plusieurs heures selon leur type. Puis  les rincer deux à trois fois par jour. Tout ceci à pratiquer à température ambiante ou à peine chauffée, idéalement 23°, mais attention dès que la plante a germé, la conserver au froid pour éviter la prolifération de bactéries.

Aucune décharge électrique ne traverse son corps, comme cela m’arrive à chaque fois que mes doigts sont en contact avec du fer, du bois, du tissu, et Christophe.

Très désagréable sensation favorisée par un air très sec…

Elle devra pour connaitre ce choc, enfoncer ses doigts humides dans une prise!!!

 

Publicités

2 commentaires sur « Parenthèse américaine »

  1. Ça commence à devenir inquiétant… Une sorte de misery à Grand-Jonction ?

    Qui sera la victime ? Pas l’auteur de ces lignes, j’espère… Nous resterions sur notre faim.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.